Derniers Articles
Alerte OVNI dans le merveilleux monde des webséries. Avec "Paris, un jour de...", l'actrice Baya Rehaz a donné naissance il y a quelques mois déjà à un joli bébé (oui, je sais, je suis vraiment à la ramasse) : une websérie plutôt atypique - dont la durée des épisodes varie de 5 à 8 minutes - basée sur la trépidante vie de Sonia, jeune trentenaire parisienne et sa bande de potes.

Baya Rehaz
Adepte du girly fifille, passez votre chemin

Alors attention, pas de niaiseries fifilles ici, même si j'avoue que je suis la 1ère à me marrer devant ce genre de vidéos. On suit donc le parcours de Sonia qui fête son anniversaire, qui joue à la baby-sitter (enfin jouer, un bien grand mot), qui se tape une gueule de bois... C'est "actuel" et ça tape dans le mille, parce que "Paris, un jour de..." n'est pas un résumé de Candy au pays de Bisounours Land, la trentaine-c'est-trop-génial. Non en fait, il s'agit de 8 épisodes (2 pour la saison 0 et 6 pour la saison 1) au ton doux-amer, à la fois triste et optimiste. Réaliste en fait. Oui c'est ça, réaliste.
Vous pourriez penser que la vie réelle est déjà suffisamment pesante comme ça pour ne pas avoir à se fader une websérie sur le quotidien d'une bande de potes. Oui, mais non, parce qu'elle est fichtrement bien réalisée, parce que les acteurs sont formidables, le ton est juste et non glauque et que franchement, c'est toujours agréable de passer un vrai bon moment devant son écran sans se prendre la tête, en appréciant les bonnes choses.

http://www.dailymotion.com/parisunjourde

Et ne faites pas comme moi, à savoir commencer par le dernier épisode, puisque cette websérie a beau avoir des épisodes "indépendants", il s'agit avant tout d'une histoire qui connaît son apogée dans un dernier épisode homérique. J'ai hâte de voir la saison suivante, puisque la saison 1 conçue, jouée et réalisée par Baya Rehaz, que vous avez déjà vu dans La vie d'Adèle par exemple, vaut à mon sens le détour. D'ailleurs, si vous souhaitez en savoir beaucoup plus sur la genèse de ce projet, n'hésitez pas à vous rendre sur le site de Clique TV avec l'interview complète de l'artiste.

Question diffusion, vous trouverez cette websérie sur Dailymotion et "en exclusivité" (mouais) sur Glamour.fr. Bon après, je ne suis pas persuadée que ce soit le support idéal, mais ce n'est que mon humble avis.

Alors, c'est parti pour un "binge watching" de Paris, un jour de ?
C'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai enrichi cette semaine ma série de tests des tea-time gourmands avec celui du palace "Le Bristol Paris". Voilà un moment que je l'avais en ligne de mire, parce que le Bristol, tout ça... Donc après le Mandarin Oriental, le Prince de Galles et le Burgundy, cap est mis sur la rue du Faubourg Saint-Honoré.

Oui vous salivez, je le vois

Pour être honnête, je vais vous parler de ma seconde visite sur place, la première étant consacrée à une réunion de famille, donc peu propice à la découverte d'un tel lieu. Donc, plongée au cœur du sujet : c'est magnifique. En ce moment, je suis à la recherche de calme et de sérénité, donc dès que je peux m'échapper un peu, je file comme l'éclair. Et là, j'ai trouvé la perle : le "Jardin Français" et notamment sa terrasse.

Tous les jours, de 15h à 18h, le Bristol Paris vous propose de goûter aux saveurs d'un superbe tea-time avec des pâtisseries très yummy yummy. Placé sous les ordres du "Meilleur chef pâtissier 2011" Laurent Jeannin, ce tea-time est vraiment fichtrement sympathique.
L'accueil, pour commencer, est parfait. Je le dis et redis, que ce soit ici ou dans les autres palaces "testés", l'accueil est vraiment à la hauteur. A aucun moment le "personnel" ne vous fait sentir que vous n'êtes pas à votre place, bien au contraire. Sourire, accompagnement, prévenance... Ok, vous allez me dire que c'est leur boulot... Oui et bien moi, j'applaudis des deux mains. Et donc l'accueil du Bristol ne fait pas exception à la règle. Mention très bien.

La terrasse d'intérieur du Jardin Français - ©Bullesdeflo

Une fois très confortablement installées dans le jardin (une chaleur raisonnable et un petit vent bienvenu nous ont très vite convaincues), c'est l'heure de choisir des petites douceurs : un cake chocolat-pistache pour moi et un fraisier pour ma maman. Le tout accompagné d'un jus d'orange pressé pour moi et d'un thé glacé pour elle. En attendant, de mignons petits sablés contenant une plaquette de beurre chacun sont mis à notre disposition. Aussitôt vus, aussitôt croqués.
C'est bon, voire très très bon. Mes deux parts de cake (oui deux) sont vite dégustées (ok, englouties) et ma mère a des étoiles dans les yeux avec son fraisier, c'est adorable. Nous sommes également conquises par nos rafraîchissements. Moi, perso, je suis obnubilée par les jus pressés frais, avec ce petit goût si caractéristique... goût que j'ai retrouvé dans mon verre (ou plutôt mes verres, parce que c'est une petite carafe que l'on vous sert, pas "juste" un seul verre).

Alors oui, comme d'habitude dans les palaces, c'est un budget : 62€ pour 2 personnes, pâtisseries et boissons comprises. Mais un : on ne s'offre pas un tea-time tous les week-ends et puis deux : c'est un plaisir que l'on apprécie à sa juste valeur. D'ailleurs, c'est bien simple, nous avons déjà prévu d'y retourner, car une tarte au citron nous attend avec impatience.
Et puis si, comme nous, vous avez un peu de chance, peut-être croiserez-vous Kléopâtre, la toute mignonne lady Sacré de Birmanie qui passe au milieu de son public conquis. Impossible de la prendre en photo, puisqu'en repartant, elle était occupée à se faire poupouner par un couple gaga. Une raison de plus de revenir.

Alors, tentés par l'aventure "Tea-time au Bristol" ? Franchement, si vous n'êtes pas satisfaits... et bien moi pas comprendre ! Voilà !
Épisode numéro 2 de la "saga" bajocasse : que faire à Bayeux la belle, la normande ?
Après une courte introduction sur le week-end le plus court de la Terre, voici une jolie bulle sur les principales visites à faire sur place et aux alentours, en un jour et demi. Warning : ceci est un long, très long billet.


La Cathédrale de Bayeux
Chef d’œuvre de l'architecture romane et gothique normande, la Cathédrale de Bayeux fut classée monument historique en 1862 et construite pour la célébrissime Tapisserie de Bayeux (merci Wikipédia). Hop, ça c'est fait. Concrètement, la Cathédrale est un incontournable de Bayeux et j'oserai même dire son "phare dans la nuit". Bref, vous voyez la Cathédrale ? Vous êtes en plein cœur de la ville.
Il s'agit d'une construction vraiment magnifique, avec des vitraux tous plus beaux les uns que les autres. Une petite crypte vous invite à la réflexion, au calme, tandis que le chœur vient répéter au milieu des visiteurs. J'ai adoré me poser dix minutes en écoutant les chants liturgiques, sans penser à rien.

Bella Cathédrale

Et si vous passez par là d'ici le 29 août, vous pourrez voir tous les mardis, jeudis et samedis à la tombée de la nuit (vers 23h) un arbre prendre vie. Littéralement. Par un habile jeu de lumières, un magnifique platane de plus de 200 ans, imposant, se pare de mille feux et raconte "la liberté" au travers de différents tableaux. Émotion garantie.


Pour moi, à la base, Bayeux = tapisserie & dentelle, même si j'étais bien incapable d'en dire plus. Alors quand Sandrine m'a fortement incité à aller la voir, je n'ai bien évidemment pas dit non. Pas folle la guêpe. Plutôt que de vous raconter trop sommairement le contenu de la tapisserie (n'hésitez pas à aller sur le site du musée pour découvrir le récit de la conquête de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant, ça sera plus simple), je préfère vous indiquer que c'est un passage incontournable de la ville et que la découverte de ce chef d’œuvre, réalisé sur toile de lin, est assez ludique en fait. Munis d'un audioguide, vous allez faire le tour de cette tapisserie de 70 mètres de long et 50 cms de haut en une demi-heure environ.
Je ne suis pas, d'ordinaire, fan des audio-guides, mais là, c'est indispensable et très bien fichu. Impossible d'en faire l'économie si vous souhaitez tout comprendre.

La tapisserie de Bayeux, part. 1

Incontestablement, l'une des très bonnes surprises de la ville. De l'archéologie à l'art moderne, le MAHB vous emmène sur plusieurs niveaux et salles au cœur de 5000 d'histoire de l'art. 600 œuvres d'art, 1000 pièces de porcelaine et de dentelles de Bayeux et 800 pièces archéologiques sont présentées au grand public au moyen d'une scéno des plus léchées. Le musée se situe aux portes de la Cathédrale, donc si vous faites l'un, vous faites l'autre également. C'est un ordre.
Voilà un musée bluffant et vraiment intéressant.

Bon là, c'est la séquence émotion du billet. Situé en surplomb d'Omaha Beach, le cimetière américain de Colleville prend littéralement aux tripes. En moins de 30 minutes en navette de Bayeux, vous changez d'époque, d'atmosphère, de tout en fait.
Même sous la pluie et le vent, sous un vrai temps normand en résumé, je n'ai pas hésité à me rendre sur place. L'accueil débute par le musée qui retrace la Bataille de Normandie et le débarquement, notamment sur la sanglante plage d'Omaha. Une fois sortie du musée, en profitant d'une éclaircie bienvenue, me voilà dans les allées, le regard vers la mer. Putain c'est beau et émouvant.


Le cimetière américain de Colleville

Et là... 9 387 stèles de marbre blanc vous kidnappent et ne vous lâchent plus.
Pour ma part, je n'ai pas eu le temps de tout voir, il faudra que je revienne, notamment pour participer à une visite guidée. J'ai chopé deux/trois anecdotes au vol et l'émotion est bien présente. Ce cimetière pourrait très bien être glauquissime, mais il n'en est rien. Il est beau. Il vous happe et vous tient, vous retient. Et quand vous partez, l'hymne US retentit, suivi par la sonnerie aux morts... bon, les larmes montent.

Les petites boutiques qui vont bien.
Deux lieux à ne pas manquer pour pimenter votre séjour avec des endroits "incontournables" : la Maison AnnaLouise et Chez Paulette. Pour la première, Sandrine en a parfaitement parlé sur son blog, donc je ne vais pas être redondante en racontant la même chose.
Simplement, je ne peux que vous inviter (très fortement) à passer le pas de la porte pour découvrir des objets qui ont tous un vrai charme particulier. J'avais envie de tout ramener chez moi ou presque. J'ai tout de même craqué pour une charmante petite théière bleue, car je suis une faible femme. Cerise sur le macaron, les hôtes de la maison sont absolument charmants et ne rechignent pas à discuter avec le chaland. J'aime beaucoup cet état d'esprit. Ah oui et juste en passant, il y a une boutique en ligne. Wallaaaa.

http://www.maisonannalouise.com/
Chez Paulette a également fait l'objet d'un billet détaillé avec photos chez Sandrine.
La déco vintage est topissime, fun et colorée, ça fait du bien au moral. L'accueil est aussi très chaleureux et les prix abordables. Donc si vous êtes à la recherche d'un endroit où vous poser en attendant la prochaine visite, direction Chez Paulette... parce qu'elle est chouette ! Ok, je sors...

En résumé...
J'espère qu'à la lecture de ces deux longs billets, vous avez eu l'envie d'en découvrir plus cette petite pépite normande qui vaut le détour. De mon côté, je remercie sincèrement Sandrine pour ses articles sur la ville qui ont tout déclenché. Côté photos, n'hésitez pas à vous rendre sur ma page Facebook. Je n'ai pas mitraillé comme je le pensais, mais il y a quelques clichés à votre disposition.
Alors, on se bouge à Bayeux ?
Voilà une exposition pour petits et grands qui ne laisse pas de marbre.
Pour être honnête, une expo construite à partir de Lego ne me passionnait pas plus que ça à la base. Après tout, c'est bien gentil tout ça. Et bien j'avais tout faux. Malgré un prix d'entrée exorbitant (16,5€ en plein tarif, pardon, mais j'ai eu une grosse angine), elle vaut vraiment la peine d'être vue.

Nathan Sawaya
11 014 briques pour ce "yellow" man

Expo d'art contemporain (et oui), The Art of the Brick met en scène sur 1.300 m2 (selon la police/catalogue officiel) ou 1500 m2 (selon les syndicats/le site officiel, choisissez votre camp) plus de 100 œuvres réalisées avec plus d'un million de briques. Overdose de chiffres pour un concept qui claque et une très belle scénographie. En plus, cette expo itinérante a déjà attiré plus d'1,5 millions de visiteurs au quatre coins du monde... et moi, et bientôt vous ?

Ces créations en 3D sont juste à couper le souffle. J'ai été vraiment bluffée et franchement, ce n'était pas gagné. Dès la première œuvre, la première salle, on comprend ce qui nous attend et cela va même crescendo. C'est beau et on se demande vraiment ce que l'artiste a dans le carafon pour sortir tout ça. Il pense à tout : pour créer ses œuvres, il se sert de papier millimétré, afin de respecter les proportions des Lego et surtout, il les colle avec une colle spéciale, afin que tout reste bien à sa place. Un souci ? Une erreur ? Hop, on règle ça à la pince et au burin !

Nathan Sawaya
Ascension - une œuvre magnifique

Fluctuat nec mergitur. La devise de Paris en Lego accueille avec bienveillance le visiteur et pose le sujet : vous allez en avoir plein les yeux.
Cette exposition est répartie en plusieurs salles, suivant différentes thématiques : expressions humaines, jardin des sculptures (avec une rosace magnifique par exemple), blue, condition humaine... Du plus léger au plus torturé (oui, certaines œuvres montrent de façon assez intense les tourments qui agitent l'artiste, et il arrive à en faire quelque chose de vraiment poignant), ces créations géantes toutes plus fantastiques les unes que les autres vous feront regretter d'avoir peut-être, comme moi, deux mains gauches. Ouais, moi aussi j'ai créé une maison en Lego !
Un crayon en papier réalisé avec 9 800 briques, un "red guy sitting" réalisé avec 21 682 briques qui attire tous les regards, un ordinateur à 5 690 briques qui claque, une robe rouge, une Mona Lisa... vous ne saurez plus où donner de la tête.

Computer - bientôt chez moi

My Boy - poignant

Red guy sitting

Stairways

Musique et Cie

The writer

Yellow - sans doute l’œuvre la plus connue de l'artiste

Vous pourrez prendre les œuvres en photo, mais sans flash évidemment. N'hésitez pas à vous rendre sur ma page Facebook pour en voir une sélection (ce n'est pas l'envie qui me manquait de tout mettre).
Prévoyez 1h30 de visite avec l'audioguide (environ 40/45 minutes sans) pour tout voir et apprécier comme il se doit cette expo qui... casse des briques. Mouahaaaa. Par contre, évitez peut-être les jours de trop grandes chaleurs (jusqu'au 30 août, vous avez encore le temps), la salle n'étant pas du tout climatisée et ça compte.

Alors, on se remet aux Lego ?
Bayeux la belle, la normande, la calme, la sereine, l'accessible, la cultivée...
Dire que j'ai aimé, adoré cette ville ne serait pas suffisant pour vous parler de Bayeux. Et pourtant, j'y ai passé en tout et pour tout... une journée et demie. C'est ce qui s'appelle un sérieux coup de foudre, non ? Du coup, je vais vous parler de ce court moment, mais intense, en deux billets : une "introduction" et le traditionnel "que faire à Bayeux ?". Autrement, je suis partie pour un billet de deux kilomètres de long (en lisant le 2ème épisode jeudi, vous me direz que j'ai eu raison).

Bayeux la fleurie

Une toute petite partie de ma famille habite à Courseulles sur mer, soit la porte à côté de Bayeux. Et pourtant, je suis passée complètement à côté à l'époque. Un comble. Erreur vite réparée, grâce à Sandrine Camus, super blogueuse, maman de Gamon Girls et surtout, nouvelle bajocasse officielle et ambassadrice de sa ville depuis peu.
C'est peu dire qu'elle joue son rôle d'ambassadrice à la perfection. A la faveur des congés d'été, j'ai donc pris des billets direction la Normandie, initialement pour 4 jours, mais le séjour s'est réduit comme peau de chagrin. Bref.

Une jolie cathédrale sous un ciel voilé

L'arrivée : le choc sonore et visuel
Première impression : une douceur de vivre impressionnante. Dieu que c'est... calme. Truc de foufou, j'entends les oiseaux qui chantent, moineaux et mouettes à l'unisson. L'effet est quasi immédiat, la relaxation se situe à 2h30 de Paris.

Deuxième impression : tout tient au creux de la main.
Après à peine 4 minutes de taxi, me voilà arrivée au Logis Les Remparts, très agréable maison d'hôtes au cœur du vieux Bayeux, avec tout le confort et même plus encore. Le dépaysement est total, pour le meilleur, rien que le meilleur.
Valise posée, oiseaux dans la tête, je file retrouver Sandrine près de la Cathédrale. Il me faut environ... 3 minutes à pieds pour me rendre sur place. Le centre ville tient dans un mouchoir de poche, pour mon plus grand bonheur. Moi qui me fatigue au bout de 10 minutes de marche, j'ai pu crapahuter sans soucis d'un musée à l'autre, d'une cathédrale à l'office du tourisme. Parfait.

Avouez que vous avez envie d'y aller

Troisième impression : la déconnexion est (presque) totale.
Bayeux, ce n'est pas simplement une jolie ville, c'est aussi une bulle, un havre de tranquillité et de balade. Petites boutiques toutes plus sympathiques les unes que les autres, musées célèbres (la tapisserie de Bayeux, ça vous parle ?) et plages du Débarquement à un jet de navette... tout est à "disposition" pour que vous puissiez enfin déconnecter, enfin ce qui y ressemble, sans arrière-pensée et sans vous jeter toutes les cinq minutes sur votre smartphone qui vibre, le vilain.

Je vous ai mis l'eau à la bouche ? Vous souhaitez en savoir plus sur Bayeux et ce qu'elle propose aux pauvres parisiens et touristes en manque de quiétude ? Stay tuned, ça arrive bientôt sur Bullesdeflo !
Découvrir Paris comme un parisien pendant 1h30 en sortant des sentiers battus, visiter Rome en Vespa ou bien encore s'offrir une balade gastronomique en plein cœur de Barcelone... un rêve inaccessible ? Non, une réalité, grâce à Bubble Globe, une plateforme qui permet à chacun de réserver une activité/une balade authentique dans une ville : Paris, Londres, Rome, Barcelone et New-York pour le moment.

https://www.bubble-globe.fr/

Se mettre dans la peau d'un hipster pour découvrir Brooklyn, participer à une dégustation de thé à Londres... J'adore le concept de ce site, basé sur l'économie collaborative, qui permet vraiment de vivre des expériences insolites dans des villes où les circuits touristiques sont légions. Changer la manière de voyager et "mettre l'échange humain" au coeur de l'expérience est vraiment une bonne idée.

Concrètement, c'est très simple.
Vous êtes un voyageur ou même un habitant de longue date et vous souhaitez changer vos habitudes ? En un clic, vous surfez sur Bubble Globe et zou, il n'y a plus qu'à ! On choisit sa ville, son type d'activités (art, culture, exploration urbaine, photographie, shopping...) et même les activités par prix si vous le souhaitez et vous voici en possession d'une liste de sorties toutes plus attractives les unes que les autres.
Concernant Paris, les prix vont de 95€ pour un déjeuner vins & fromages d'environ 3h en présence d'un sommelier à 10€ pour une balade de 4h à la découverte des meilleures vues de Paris ou du Paris insolite "Nord". Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.

Bubble Globe : vivez des expériences inédites et surtout originales !

Vous souhaitez proposer une activité/sortie au site ? Rien de plus simple également.
Tout le monde est le bienvenu. Le site, qui prend une commission de 15% sur chaque réservation, vérifiera chaque annonce avant parution et s'assurera de la sécurisation des paiements. Bubble Globe est avant tout un "passeur" entre voyageurs et guides locaux.
Pour ma part, je pense tester une activité à mon retour de vacances la semaine prochaine, parce que je suis définitivement conquise par le projet. J'ai l'embarras du choix, alors si vous souhaitez que je teste quelque chose en particulier, faites-le moi savoir et je verrais ce que je peux faire.

En attendant, je vous laisse, je vais buller un peu, beaucoup, passionnément du côté de la Normandie pendant 5 jours, jusqu'à dimanche. Je posterai pas mal de photos sur mon Instagram si cela vous intéresse.
Vive les vacances, vive l'insouciance ! Et rendez-vous la semaine prochaine pour d'autres bulles !
Ah la la, la galère pour agrémenter son blog de belles photos !
Je connais ça depuis le début : pas de studio photo chez moi, pas de place pour en créer un, une luminosité plus que faible et pas (encore) d'objectif macro pour faire de jolies photos "de près". Jackpot. Donc, quand je n'ai pas de photos potables à disposition, je suis en permanence à la recherche de jolis clichés, pas trop vus ici et là et surtout, que je peux créditer sans trop de soucis. Et c'est là qu'intervient le projet "Cliché mignon" !

Cliché mignon : un bien joli projet

Cliché mignon est un site qui met à disposition des blogueurs et des internautes en général des photos libres de droits, exclusivement françaises et créatives pour illustrer articles et documents en tous genres. Alors moi, je dis oui, mille fois ! En voilà une vraie bonne idée qu'on dirait directement inspirée par mes déboires photobloguesques.
Concrètement, c'est très simple. Besoin d'une jolie photo pour illustrer votre article, pour lui donner une âme ? Direction le site où sont classés les "clichés mignons" par catégorie et c'est parti. Et si vous en voulez plus, direction la newsletter et ses téléchargements "bonus". J'ai déjà craqué pour plusieurs photos que j'ai téléchargé, sans pour autant les utiliser pour le moment (mais ça va venir très vite). On peut donc dire que je suis une vraie fan.

Simple et efficace

Mais revenons à la genèse du projet. Pourquoi ? Comment ? D'où vient "Cliché mignon" ?
Ce site est le bébé de deux blogueuses découvertes assez récemment, shame on me d'ailleurs : Julie (Epicerie du blog : une vraie pépite pour réussir le design et le contenu de votre blog) et Elodie du Blog du Dimanche (dont je suis ultra fan du design - et du contenu bien entendu). Ces compères ne se contentent pas de mettre des photos à disposition, puisqu'elles organisent toutes les semaines un défi photos sur un thème donné. Chacun peut participer, photographe pro ou du dimanche. Une Very Bonne Idée, non ?

Alors si vous aussi, vous êtes conquis(es) et que vous voulez participer à ce projet, plusieurs choix possibles : faire connaître le site auprès de vos z'amis, dans la blogo par exemple et/ou bien participer aux défis photos et pourquoi pas, réaliser des clichés que vous mettrez gracieusement à disposition des visiteurs. La classe, non ?
Les blogueurs/internautes qui rament pour trouver de belles photos (ingrédient indispensable pour rendre la lecture d'un billet agréable) vous remercieront de tout cœur.

Allez, un, deux, trois... Clic clac Kodak ! (Hashtag je suis vieille).
Après être devenue totalement ringarde ou a minima presque inutile avec l'avènement des APN, l'impression photos connaît une nouvelle jeunesse depuis deux/trois ans avec la multitude d'offres pour que vos plus beaux clichés de vacances (ou quotidiens) ne restent pas virtuels dans votre ordinateur. 


L'impression photos version Polaroid ? Check, avec Cheerz (ex-Polabox) et même en version gratuite avec Take it. L'impression photos version Polaroid + version magnet en bonus ? Check again avec Carteland que j'ai eu le plaisir de découvrir très récemment.
Pour être parfaitement honnête, je ne suis pas à la base une acharnée des magnets. J'en ai bien quelques uns aimantés sur mon frigo, mais ils s'agit de vieilles mignonneries devenues moches avec le poids des ans. Alors quand on m'a proposé de tester des magnets réalisés à partir de mes propres photos, je n'ai pas hésité très longtemps !
 
 
Première étape : me renseigner deux secondes trente sur le site en question pour voir de quoi on parlait. Carteland est un site d'impression photos en ligne qui propose depuis 1996 un ensemble de produits dédiés "à vos plus beaux événements" made in France : naissance, baptême, anniversaire, mariage... Donc clairement, la marque n'est pas tout à fait sur le même créneau que Cheerz, Printic ou Polagram.

Deuxième étape : commander mes magnets.
Évidemment, c'est ultra-simple. On choisit son modèle parmi les 20 proposés (par planche de 12) et zou, c'est parti. Une dizaine de jours plus tard, vous recevrez une très jolie boîte - un packaging vraiment sympa - avec à l'intérieur une enveloppe contenant vos précieux magnets format Polaroid. Donc oui, ce sont des "grands" magnets (9x10), ce qui peut étonner au premier abord.
 
Pour ce test, j'ai fait dans la simplicité avec le modèle classique, pas de chichis superflus.
J'ai choisi des photos "test" plutôt simples et surtout colorées pour voir le rendu final. Je suis assez satisfaite, même si les photos deviennent mécaniquement un chouïa plus "sombres". Un conseil : n'hésitez pas à bidouiller un peu vos clichés pour en augmenter la luminosité. Sinon, la qualité est irréprochable : les magnets sont agréables au toucher et mise à part la luminosité, il n'y a rien à redire.
Carteland/Picline propose aussi, pour éviter de percer vos murs, des rubans et pastilles décoratives en métal souple pour que vous puissiez aimanter vos magnets ailleurs que sur votre frigo et ça, c'est une vraie bonne idée. En deux minutes et sans outils, vos murs deviennent des œuvres d'art !

Résultat des courses : si vous souhaitez "pimper" vos murs/frigos avec vos clichés, n'hésitez pas à choisir l'option "magnets" qui change un peu du polaroid classique ! Vous n'avez plus aucune raison de laisser vos photos dans vos ordinateurs/smartphones !
J'aime bien laisser traîner mes yeux un peu partout.
J'ai du hériter ça de ma mère qui ne cessait de me dire quand j'étais petite : "On touche avec les yeux !". Ok, ok, j'ai compris ! Du coup, quand mon regard s'est posé sur le sac de ma compère Louisa, j'ai immédiatement tilté sur la BD qui en sortait : "La femme parfaite est une connasse" ou quand la célébrissime Margaux Motin rencontre les auteurs de ce livre (déjà) culte.


Culte, c'est bien le mot.
Ce livre à destination de toutes les femmes imparfaites a bien fait rire tout une frange de la population féminine (et masculine sous le manteau). En s'associant à une illustratrice qui n'a pas froid au string, les auteurs - Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard - ont clairement misé sur le bon cheval pour donner à leur œuvre l'occasion de répandre à nouveau la bonne parole, avec des images cette fois-ci !

Qui n'a pas de chansons plus ou moins honteuses dans sa playlist ?!

Cette BD, qui reprend les principaux passages du bouquin, est drôlissime, fraiche et légère. Attention, la team premier degré est priée d'aller voir ailleurs si j'y suis ! Margaux Motin s'en donne à cœur joie et donne vie aux 50 commandements de la femme imparfaite, parce qu'elle le vaut bien. On rit devant chacune des planches et on repense avec nostalgie (ou pas) aux situations rocambolesques, humiliantes et/ou pathético-comiques que l'on a toutes plus ou moins vécues. Il y a du lourd.

Les chaussures spécialement conçues pour rester assises, les textos envoyés par notre subconscient totalement bourré, le Nouvel An foireux, les stars du collège qui prennent cher dix ans plus tard... tout y passe et franchement, ça fait du bien de se moquer un peu de soi-même (et des autres). On connaît toutes plus ou moins la femme parfaite qui gère tout d'une main de maître quand, de notre côté, on sort les rames de douze. Et bien c'est un mythe ! Et oui, elle aussi pète (des paillettes roses peut-être).

Le coiffeur + la photo du people du moment = un désastre

Bref, si vous cherchez un petit bouquin à vous enfiler en un après-midi sur la plage ou un cadeau pour (re)donner le sourire à une pote, voilà ce qu'il vous faut. Disponible dans toutes les bonnes librairies ou en ligne pour la modique somme de 16€, "La femme parfaite est une connasse" fera bientôt partie de votre bibliothèque, parce parfaites (pleine d'humour et d'auto-dérision) vous êtes. What else ?!
Après une petite pause "bloguesque" due à une chaleur persistante (doublée d'une belle flemme), je vous propose de découvrir un musée parisien assez méconnu... des parisiens, celui-ci étant quelque peu planqué et peu visible dans les médias, il faut bien le dire : le musée de l'Orangerie.


Honnêtement, jusqu'à très récemment, quand on me parlait de ce musée, je pensais immédiatement à l'Orangerie de Versailles. Rien à voir donc, puisque ce musée parisien se trouve niché dans un coin du Jardin des Tuileries, place de la Concorde précisément. Je suis passée de nombreuses fois devant sans percuter qu'il s'agissait d'un lieu culturel, contrairement à son jumeau - le musée du Jeu de Paume - qui se situe juste à côté.

Zoomez pour voir le panoramique

Il aura donc fallu très longtemps pour que je découvre enfin les célèbres Nymphéas de Claude Monet, à l'occasion d'une visite blogueurs en petit comité et avec visite guidée. Un vrai privilège dont il faut avoir conscience.

Alors bien entendu, le musée de l'Orangerie n'est pas que le musée des Nymphéas.
Construit en 1853, il est rattachée au musée d'Orsay en 2010 et rassemble des dizaines et des dizaines d'oeuvres d'art de grand maîtres comme Picasso, Cézanne, Matisse, Modigliani, Gauguin... Oui oui, vous avez bien lu, ce musée regorge de pépites insoupçonnées. J'ai été bluffée, charmée par autant de chefs d’œuvre littéralement à portée de main. Gros coup de cœur et très belle découverte pour Marie Laurencin, peintre figuratif française étroitement liée à la naissance de l'art moderne (merci Wikipédia).

Crédit tableaux un peu raccourcis : ©Marie Laurencin :)

Notre visite a commencé par le coin caféteria/librairie revu et corrigé qui donne évidemment envie de dépenser de l'argent. Bien joué. Nous enchaînons avec les célèbres (bel euphémisme) Nymphéas qui représentent essentiellement le bassin de nénuphars de Claude Monet à Giverny. Alors là... silence et émerveillement. 
Les Nymphéas, ce sont huit compositions de 2 mètres de haut chacune et se répartissant en deux salles lumineuses et calmes à souhait, propices au "repos de l'esprit". L'ensemble fait 200m2. C'est beau, c'est magnifique et surtout... avoir la salle pour nous seuls est un merveilleux cadeau. Jamais je ne reverrai les Nymphéas dans ces circonstances. 
Petite astuce : si vous voulez découvrir les Nymphéas et ce musée à l'occasion d'une visite virtuelle, direction le Google Art Project qui vous en mettra plein les mirettes.

Et donc comme je le mentionnais plus haut, le musée de l'Orangerie propose une multitude de choses pour étancher votre soif de culture : des ateliers, des visites en famille, des projections de documentaires, des expositions permanente et temporaires et une application qui permet de découvrir, en trente commentaires, des chefs d’œuvres des collections du musée. Pas mal, non ?
Le lieu à lui-seul est aussi propice à la flânerie culturelle, puisque les perspectives sont magnifiques, la clarté du lieu impressionnante et... c'est beau, tout simplement. Moderne et beau.

Perspectives

Le musée est ouvert tous les jours (sauf exceptions genre 14 juillet) de 9h à 18h (dernière entrée à 17h15) et le billet plein tarif est à 9€, 16€ s'il est jumelé avec le musée d'Orsay. Accessible donc.
Je ne peux que vous conseiller de franchir le pas et de découvrir l'incroyable collection de cette pépite moins connue que le Louvre, mais cachant de véritables trésors qui ne demandent qu'à vous émerveiller.